Le DPC soutient le repérage et le dépistage précoces des troubles cognitifs

Dernière modification: 
22/09/2021

Les maladies neurodégénératives (MND) sont un enjeu sociétal majeur, concernant une large amplitude d’âges. Elles concernent l’ensemble de la population française de tous âges. La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées impactent entre 1,1[1] et 1,2 million de personnes malades[2] et concernent plus de 2 millions d’aidants. On estime qu’en 2050, 2 240 000 personnes seront touchées par la maladie.

Premier constat : parmi les MND, la maladie d’Alzheimer reste largement sous-diagnostiquée en France avec seulement 50% des patients diagnostiqués selon le programme européen Alcove. Deuxième constat : lorsque le diagnostic est posé, celui-ci intervient tardivement avec un délai moyen depuis l’apparition des premiers symptômes évalué, en 2005, à 24 mois en France contre 10 en Allemagne.

Dans les suites du Plan National Maladies Neurodégénératives 2014-2019, la feuille de route MND 2021-2022 insiste sur les actions essentielles pour une réponse collective aux enjeux des MND : l’importance de renforcer l’engagement des professionnels de santé en matière d’entrée dans les parcours en constitue le premier axe.

Pour répondre à cet objectif, le Ministère des solidarités et de la santé a saisi l’Agence nationale du développement professionnel continu (DPC) sur le sujet. S’appuyant sur les orientations prioritaires, dont la vocation est d’accompagner la politique nationale de santé, le DPC est un levier clé de renforcement des compétences de premier recours des médecins généralistes, idéalement placés pour repérer les premiers signes des maladies neuro-dégénératives et assurer le suivi des patients.

Cet appel d’offres sur le repérage et l’évaluation des troubles cognitifs en médecine générale (axe 1 de la feuille de route ministérielle) doit permettre aux médecins généralistes de renforcer leurs compétences, dont l’intervention est primordiale pour repérer précocement les signes d’appel, les évaluer et améliorer l’entrée des patients dans le parcours de soins adapté.  

Son cahier des charges a été élaboré avec le Professeur Clanet, Président du comité de suivi du Plan maladies neuro-dégénératives 2014-2019. L’action de l’organisme Panacéa Conseil et Formation Santé a été retenue dans le cadre de la sélection, à laquelle a participé le Professeur Joël Ankri, référent scientifique de la feuille de route ministérielle 2021-2022.

Le Pr Bruno Dubois, neurologue et expert international de la maladie d’Alzheimer, ainsi que le Dr Michèle Hebert-Demay, gériatre, médecin coordinateur et prescripteur, secrétaire général du Syndicat National de Gérontologie Clinique présentent en 2 mn l’intérêt et les enjeux du « Repérage et évaluation précoces des troubles cognitifs en médecine générale ».

 

 

 

 

[1] Santé publique France, 2016

[2] Alzheimer Europe, Yearbook 2019